Hermann Cohen - Qui es-tu ? - La guerre

La guerre

La guerre éclate. Des Carmes sont maltraités, des couvents envahis par l'ennemi et pillés. En France, on déteste tout ce qui est allemand. Pour épargner sa communauté, l'homme, hier si ovationné dans son pays d'adoption, décide de partir sur les routes. On pourchasse de ville en ville le Juif allemand, moine catholique. Il est conspué, maltraité, et faillit être assassiné. Il échappe aux agresseurs et poursuit son chemin vers le Calvaire. Monseigneur Mermillod l’accueille comme un fils bien aimé. Il enseigne la catéchèse et console les réfugiés français dans la ville de Montreux quand il apprend qu'en Allemagne on a besoin de prêtres au service des prisonniers.

Un choix: en Allemagne au service des prisonniers
Lui parviennent, dans le même temps, l'autorisation de demeurer à vie au Saint-Désert et la permission d'aller vers les prisonniers. Son choix va vers eux. Il part pour Berlin le 24 novembre, jour, à cette époque, de la fête de saint Jean de la Croix. Les Français comprennent qu'il souffre comme eux, car il est devenu un des leurs. Attentif à leur infortune, il les exhorte à la patience, à l'offrande de leurs peines. Il soulage leurs blessures morales en célébrant pour eux le saint Sacrifice de la Messe. Nombreux sont les catholiques qui se présentent à la cure pour recevoir le pardon de Dieu et l'Eucharistie. Il s'occupe aussi de leur corps, car on manque de tout et c'est le rude hiver prussien. Aussi le père trouve-t-il le moyen de procurer aux déportés des vêtements et les choses indispensables à leur survie. Cinq mille prisonniers de guerre entassés à Spandau, dont cinq cents sont atteints du typhus et de la dysenterie, attendent le secours de leur aumônier, leur seul espoir. Peu après, Hermann est atteint de la petite vérole parce qu'il a administré deux soldats sans utiliser la spatule prévue afin d'éviter la contagion. Maintenant, il sait bien qu'il lui reste très peu de temps avant d'aller vers sa vraie patrie. Ses dernières forces, il les utilise, grâce à son sens pratique, à diriger de son lit les opérations de secours pour ses chers prisonniers. Il souffre dans tout son être. La fièvre le ronge. Mais il est encore plus éprouvé dans son esprit. Les souffrances quotidiennes de ces soldats, privés des leurs et soumis à toutes les privations, l’assiègent.

RECHERCHE

ACTIVITÉS À VENIR

Aucun événement

École d’oraison

Apprendre, approfondir, à l’école des saints du Carmel la pratique de l’oraison pour la vivre chez soi ou en groupe.

Pour la mise en oeuvre les frères carmes proposent un parcours de 6 soirées (modulable selon les possibilités), comportant enseignement, expérience pratique.

Cette école s’adresse aux paroisses, groupes, communautés religieuses. Les frères se déplaceront à cette fin.

Contacter le  Père Prieur
prieur.cap@lecarmel.org 

BULLETIN AMITIÉS CARMÉLITAINES

EPHÉMÉRIDES

Il n'y a aucun éphéméride aujourd'hui.